Les problèmes du crédit international

Le problème généralisé des petites et moyennes entreprises (PME) pour l’accès aux lignes de crédit est leur manque de garanties à présenter à une banque, étant donné que cette question est compliquée au niveau international.
Pour compliquer l’ensemble du panorama, plusieurs points augmentent les difficultés d’accès :
Les taux d’intérêt élevés dans les pays d’Amérique latine et centrale et des Caraïbes
Si c’est l’Europe, c’est à cause des taux d’imposition élevés
Les exigences strictes des banques commerciales rendent le développement de projets impossible pour nombre de ces entrepreneurs.
Il est fréquent que les projets soient continuellement rejetés par les banques et leurs corrections représentent des coûts élevés en temps et en argent, qui font souvent du projet une tentative ratée.

Le marché primaire des capitaux présente de grandes lacunes lorsqu’il s’agit de stimuler le crédit bancaire (appelé premier plancher), ce qui touche tous les niveaux,
Les pays et leurs dirigeants.
Fonds monétaire international.
Banque interaméricaine de développement
Différents organismes multilatéraux de crédit.

Tous vivent dans un débat permanent sur les mécanismes de financement des entreprises privées en tant qu’axe fondamental du développement de l’économie, mais jusqu’à présent, ils n’ont pas trouvé de solutions viables.
Afin d’atténuer le problème de l’accès des petites et moyennes entreprises aux lignes de crédit, nous présentons ce document à titre d’information sur différentes lignes de financement de projets, des programmes qui permettent aux investisseurs de s’informer sur la dynamique des marchés des capitaux, les différents avantages et les solutions à court et long terme pour le développement et la mise en œuvre de projets privés et sociaux par le biais du marché secondaire.

Le crédit

Le crédit est le système par lequel une partie appelée le Prêteur livre une somme d’argent à une autre partie appelée le Débiteur.
Le débiteur reçoit l’argent et s’engage à rembourser 100 % du capital qui lui a été remis dans le cadre d’un prêt à terme fixe qui a été convenu entre les parties.
Le prêteur convient qu’en utilisant le capital emprunté, le débiteur doit payer une valeur ajoutée qui est un chiffre qui sera payé périodiquement et qui s’appelle l’intérêt.
En général, on définit un taux d’amortissement, qui est le montant mensuel ou annuel que le débiteur doit payer pour rembourser la valeur de la dette contractée au cours de la période convenue pour le remboursement de l’argent.
Lorsque le taux d’amortissement est ajouté à la valeur des intérêts, on obtient le paiement fixe ou variable* que le débiteur doit payer.

Le prêteur définit parfois le taux d’intérêt, au moyen de formules ou d’équations qui font intervenir des facteurs externes et font varier le pourcentage d’intérêt final en fonction des différentes fluctuations du marché.

Capacité de paiement des crédits

Le prêteur demande à son client une série d’exigences afin de pouvoir définir la capacité de paiement du client ou du débiteur et ainsi ne pas mettre leur argent en danger lorsqu’il le dépose entre les mains d’un tiers.
La plupart des pays disposent actuellement de systèmes d’évaluation du risque des citoyens, dans lesquels les établissements de crédit définissent s’ils acceptent ou non le client en fonction de ses antécédents en matière de crédit.
Cela est suffisant lorsque la valeur du crédit est considérée comme un crédit à la consommation ou un crédit mineur et que le client, par son historique et sa capacité financière (salaire, revenu, revenu fixe) plus une politique de conformité d’une entité d’assurance, démontre à l’entité prêteuse sa capacité à payer la dette et les intérêts générés.
Mais que se passe-t-il lorsque le montant à demander est considérablement plus élevé ?
Lorsque le client demande un crédit d’une valeur supérieure à celle considérée comme un investissement gratuit ou un crédit traditionnel, le prêteur, banque ou institution financière, demande un support beaucoup plus solide qui représente la sécurité de votre argent, à ce moment apparaissent les dites garanties ou collatéraux.
Ces garanties peuvent être une garantie hypothécaire d’un bien meuble, un support en argent ou des instruments financiers conçus exclusivement pour servir de garantie au moment du décaissement de l’argent par l’entité prêteuse.
Ces garanties financières sont appelées garanties bancaires.
Garantie bancaire :
La garantie bancaire, reçoit son nom puisqu’il s’agit d’une garantie faite par une deuxième ou une troisième banque en faveur d’un client et dans laquelle, par l’émission d’un titre, elle répond à l’institution prêteuse pour l’obligation contractée par le client.

Comment obtenir une garantie ?

Un client peut obtenir une garantie bancaire en concluant un accord sur ses propres actifs et/ou capitaux afin que la banque les prenne en gage après leur évaluation respective et accorde la garantie bancaire.
La banque, en plus d’avoir les biens en garantie, facturera au client un crédit-bail ou un taux d’intérêt et obtient ainsi l’avantage de servir de garant et d’assumer le risque, puisque c’est elle qui devra répondre des dommages en cas de défaillance du client.
En plus de la livraison de vos biens en garantie, la Banque vous facturera les frais d’évaluation de vos propres biens, les frais administratifs et les frais d’émission de la garantie bancaire.
Que se passe-t-il lorsque je n’ai pas suffisamment d’actifs et/ou d’argent pour soutenir l’émission d’une garantie bancaire mais que j’ai besoin du crédit pour financer mon projet ?
Il existe des entités qui se consacrent à l’obtention de bénéfices économiques, en plaçant leurs propres biens et ressources comme support devant les banques ;
Ceci dans le but que votre client (vous) reçoive la garantie bancaire (BG) sous la forme d’un crédit-bail et puisse ainsi obtenir le crédit que vous avez finalement demandé.
Ces entités obtiennent leurs avantages en facturant au client un bail annuel pour le placement de leur capital à l’appui de la constitution de la Garantie.
De même, les frais administratifs, les études de faisabilité de votre projet et les frais d’émission bancaire doivent être payés par le client.
Autrement dit, dois-je payer un crédit-bail à une entité garante, à la banque qui émet le BG + intérêts ou à la banque qui accorde le crédit ?
NON, l’entité garante ou le demandeur des ressources est le seul qui aura un accord avec la banque parce qu’il est le propriétaire du capital qu’il place pour soutenir l’émission de la garantie, donc la banque facturera tous les frais de location, d’administration et d’émission à l’entité garante, et non à vous puisque vous n’êtes pas le client direct de la banque.
Vous n’êtes que le bénéficiaire du titre, puisqu’il sera délivré à votre nom.
En d’autres termes, les frais de location de la Banque du Guatemala et du garant sont les mêmes, mais vous ne devez traiter qu’avec l’entité qui demande les ressources, car ce sont les personnes qui placent votre capital devant la banque pour vous.
Les intérêts du prêt doivent être payés au prêteur ou à la banque qui vous donne l’argent.
De même, les frais administratifs, les études de faisabilité de votre projet et les frais d’émission bancaire doivent être payés par le client.
Comment puis-je avoir accès à une entité qui garantit ou demande les ressources ?
Pour avoir accès à une société du Groupe IBG International Co. Inc., vous devrez présenter une série de documents à un préqualificateur qui étudiera, examinera et qualifiera votre projet, votre capacité financière et votre source de financement.

Comment accéder à une entité de préqualification

Chaque client doit démontrer un certain intérêt à l’institution de prénotation (IBG Group International Co. Inc.), cet intérêt étant basé sur le critère que le client doit avoir un besoin clair d’émettre l’instrument financier et aussi avoir ses propres ressources pour assumer les frais bancaires, pour lesquels il sera annexé :

  • LOI (Letter of Intent) Lettre d’intention pour obtenir la garantie bancaire, décrivant le montant et les caractéristiques de votre entreprise.
  • CIS (Fiche d’information sur le client).
  • Copie du passeport du client.
  • Résumé du projet.

Le client doit démontrer qu’il dispose de ressources économiques suffisantes pour payer les frais d’examen, d’évaluation et d’approbation de son projet ainsi que pour payer les frais d’émission de la banque au demandeur.
Par conséquent, le client doit joindre une preuve de sa capacité bancaire à payer les frais, en précisant que tout argent doit être d’origine légale, propre et non criminelle.
Puis-je demander au demandeur ou à l’entité préqualifiante de prendre en charge les frais bancaires liés à l’émission d’une garantie ?
Non. En vertu du droit bancaire international, il n’est pas accepté que le demandeur ou l’entité préqualifiante (IBG Group International Co. Inc.) assume les coûts d’émission et de projet.
Si cela était possible, nous pourrions donner à n’importe qui une garantie de remboursement et obtenir de l’argent des banques sans aucun problème, et cela se ferait avec votre ami, voisin et connaissance. Ce ne serait pas juste, n’est-ce pas ? Que vous avez travaillé pendant des années pour faire démarrer votre projet et qu’un candidat plein de ressources accaparerait le marché et que vous n’avez pas les moyens de payer la banque.
C’est pourquoi, avec ce simple exemple, la loi stipule que vous devez remplir les conditions minimales pour accéder au système financier.
Et il n’y a pas d’autre moyen d’accéder au crédit sans être aussi cher ?
Vous devez toujours avoir les exigences minimales requises par l’entité de préqualification (IBG Group International Co. Inc.) ; cependant, les coûts élevés du crédit et les coûts élevés du crédit-bail peuvent être considérablement réduits si, avec une procédure très similaire à celle décrite ici, vous recherchez votre financement sur le marché secondaire des capitaux.

Comment accéder au marché secondaire des capitaux

La loi bancaire internationale définit que la seule façon d’accéder aux programmes bancaires spéciaux pour l’investissement dans le marché secondaire des capitaux est de passer par une entité pré-qualifiée (IBG Group International Co. Inc.)
Quel est l’intérêt pour moi d’accéder au marché secondaire des capitaux pour financer mes projets ?
Il est possible d’obtenir des taux d’intérêt inférieurs aux taux bancaires internationaux actuels, de réduire les délais d’approbation des crédits, d’obtenir des garanties bancaires à un coût et un bail moins élevés, et même d’obtenir des prêts non remboursables.